Concept Ecologis cité par HoutInfoBois

Découvrez le récent article publié par l’organisme belge d’information technique et de promotion du bois et son utilisation.

EXTENSION D’UN IMMEUBLE DE BUREAUX PASSIF

Construction bois, standard passif, bâtiment zéro énergie… Tels sont les fils rouges de la construction du siège de l’entreprise Dimi et de sa nouvelle extension dans les Hautes Fagnes. Vous avez dit projet exemplaire ?

En 2011, la société Dimi, spécialisée dans l’import/export de confiseries, charge le bureau d’architectes Crahay & Jamaigne de réaliser le premier immeuble de bureaux belge certifié passif-zéro énergie.

Le projet comprend un plateau de services de 400 m² au demi sous-sol (maçonné) ainsi que deux plateaux de bureaux d’une même superficie chacun en ossature bois aux étages supérieurs.

Projet DIMI Construction bois, standard passif, bâtiment zéro énergie

Matériau bois et standard passif

Le choix de la construction en bois faisait partie de la demande du client, explique l’un des architectes.

Le zéro énergie (balance entre l’énergie consommée pour l’utilisation du bâtiment et l’énergie produite sur site) dépend principalement de choix techniques. L’obtention du critère passif, pour sa part, a été facilitée par le choix du matériau bois.

Exemplaire à plus d’un titre, la construction a récolté de nombreux éloges et notamment remporté un International Award for Sustainable Architecture Awards 2018 dans la catégorie ‘bureaux’.

Extension en bois

Dès le départ, les architectes avaient prévu la possibilité d’aménager une extension. Cette dernière a finalement vu le jour en 2018-19.

Entièrement satisfait des matériaux de la première phase, le maître d’ouvrage a maintenu son choix initial pour l’extension, aussi bien pour l’intérieur que pour l’extérieur. A la seule différence que, cette fois, les trois niveaux ont été réalisés en ossature bois.

Délais

Le planning initial prévoyait une réalisation complète endéans les neuf mois, ce qui a pu être tenu à peu de détails près. Un défi de taille pour un bâtiment d’une telle taille (1200 m²).

Outre le respect du programme et du budget, les principaux défis ont concerné le standard passif, le zéro énergie ainsi que l’intégration de l’extension à l’architecture existante, précise l’architecte Jean-François Crahay.

En ce qui concerne plus spécifiquement l’ossature bois, deux détails ont bénéficié d’une attention particulière : d’une part, la structure portante du plafond de toute la zone du réfectoire sans colonne intermédiaire et, d’autre part, le respect des normes de résistance au feu.

Réfectoire sans colonnes

Le réfectoire situé au rez-de-chaussée s’étend sur 8 x 12 m sans la moindre colonne. Pour une telle portée, des lamellés-collés standard en épicéa (GL24) auraient nécessité des sections démesurées et dès lors peu esthétiques, explique Gilbert Leyens, administrateur délégué de Concept Ecologis, en charge de la réalisation bois.

Le problème a été solutionné en travaillant avec des lamellés-collés horizontaux en hêtre (lamibois Baubuche de Pollmeier, GL60). Pour une même résistance, cette solution présentait une épaisseur inférieure à la moitié d’un lamellé-croisé classique. Cela a donc permis de les intégrer de manière invisible dans les plafonds.

Résistance au feu

Pour répondre aux exigences des normes incendies des immeubles de bureau, Jean-François Crahay explique avoir travaillé selon une approche classique, à savoir un compartimentage à l’aide de plaques anti-feu et, concernant les éléments de la structure porteuse, soit une protection par des éléments anti-feu, soit un surdimensionnement en conséquence.

Quelques chiffres

Le volume de bois utilisé pour l’extension (1238 m² de cloisons et 1200 m² de planchers et toiture) est de 124 m³, dont 10 m³ de lamellés-collés en hêtre et 41 m³ de lamellés-collés en épicéa.

Le complexe des parois extérieures affiche une épaisseur de 45 cm et se compose d’une ossature de 28 cm isolée en fibre de bois, d’une lattage technique isolé sur 6 cm, d’un panneau OSB couvert de plâtre et d’un bardage en cèdre.

Plus d’infos

Photos : © Crahay & Jamaigne
Source : © HOUTINFOBOIS| Janvier 2020